3AGK

Tribune Libre

 

Pour faire paraître vos écrits dans cette rubrique, veuillez envoyer vos textes à

 

 

 

 

 

 

 

 

décembre 2010 de Camille BORRON

Droit de réponses aux Faux Présidentiels parus dans notre BO N° 150 2007/2


Meilleurs voeux à tous..... Je suis toujours en attente d'un griffon authentique et d'un Président digne de lui , capable de donner un droit de réponse à ceux qu'il diffame et calomnie.

Depuis cinq ans je rame pour la vérité et l'honneteté, depuis cinq ans j'écope , j'écope sans succès le fond de notre barque et je jette à la mer tous les Faux, mensonges, diffamations et calomnies dont la production parcimonieuse par nos « amis » les noie dans la honte, au lieu de faire couler notre bateau qui tient la vague !....

Pour comprendre, mon droit de réponse à un menteur, diffamateur et calomniateur doit suffire.

Depuis le 20-10-2005, à la réunion Rhone-Alpes de BELLEY , lieu et date des faux-témoignages, mensonges, diffamatoires et Calomnies d'agl à mon encontre, je ne réclame que la VERITE !

L'occultation par ses soins de son « discours » contre moi, ou les juges étaient mis en cause à leur insu , lui donnait , pensait-il, une certaine dose de véracité........ Mais combien sont-ils restés sur ses concours ?

La publication de ces faux (aucun accord, ni aucune signature de ma part ) dans notre BO N°150 2007/2 page 11 (sans la partie juges ) aura été le summum de ces délits sous la plume non argentée d'un « Président »

Depuis cinq ans, après mes démissions successives, JE RECLAME :

Qu'une seule personne prouve que je ne dis pas la Vérité …......

Qu'un droit de réponse me soit accordé dans notre BO qui fut le support de la Calomnie Présidentielle.........

J'attends toujours

Tous les procedés, indignes de dirigeants hauts placés, ont été employés pour noyer cette affaire: Maladie, paranoïa , Lapsus de 25 lignes transcrit par le SG, perte de raison, lettre pour le compte d'anonyme (s), lettres fantômes dont j'ai demandé la production de nombreuses fois sans succès ….....

Tout cela pour qu'il reconnaisse cinq ans plus tard à Pin Fourcat....QU'IL MENTAIT....... tout cela sans aucune sanction bien sur, puisque agl a tous les droits .

Quelle explication doit -on donner à un tel comportement ? Que dire d'un « Président dernier élu sur la liste au bénèfice de l'âge !....... J'avais toujours pensé que nos griffons ne méritaient pas d'aller en justice. J'ai surement eu tort et je m'étais beaucoup trompé , devant le chari-vari honteux déployé actuellement par agl , contre la Vérité sans aucune décence.

A la suite Agl m'a écrit : « Pour vous être agréable je me présenterai devant la commission de discipline, afin de faire cesser le procès d'intentions que vous me faites »..?...............

C'est la première fois que je trouve de telles inepties dans une lettre, écrite par un « Président » qui semble avoir perdu toute dignité et honnèteté :

Les victimes deviennent des accusés. De tels propos diffamatoires ne peuvent être que les preuves de ses intérets personnels et de son égotisme sans borne, qui le classent dans les bas-fonds machiavèliques.

Faut-il possèder une dose incurable d'amour du Korthals pour payer sa cotisation couple à des gens qui vous calomnient et ne respectent ni Statuts , ni Vérité !.. Malheureusement ou heureusement, c'est ce que je viens de faire pour 2011 !

Décembre 2010, Camille BORRON 45 Années de présence au CF. GAPD KORTHALS

Ne pas oublier.....c'est après l'aveu de ses menonges à Pin Fourcat

Flash info d' Agl sur le site du Club français du Griffon à poil dur KORTHALS

En date du 10 Juin 2009

C'est impensable, mais c'est AGL QUI PARLE

« Rien n'autorisait la liberté d 'accuser de la sorte un élevage ( une personne dans mon cas personnel ) respectable ce qui, sans la moindre preuve, constitue L'INFRACTION PENALE DE DIFFAMATION, ce qui de plus est UNE VIOLATION DIRECTE DE NOS STATUTS ET DU RESPECT ELEMENTAIRE des personnes de se voir demander des explications avant d'être cloué au pilori. MA CONVICTION EST QUE PERSONNE N'ACCEPTERAIT D'ETRE TRAITE DE CETTE FACON ET QU'IL NE FAUT DONC PAS FAIRE AUX AUTRES CE QU'ON ACCEPTERAIT PAS QU' ON NOUS FASSE !

Cette opposition fondamentale entre ceux qui pensent, et j'en fais partie, qu'on accuse et que l'on ne condamne pas sans preuve et ceux qui estime pouvoir s'en dispenser ».

Signé : André Gallet-lachaise sur le site du CFGAPDK, 10 Juin 2009


C'est triste...........Eh oui!, Messieurs les griffonniers de tous bords, comme j'aurais aimé signer ces lignes en caractères Rouges et Gras !

Elles me concernent et me conviennent parfaitement pour parler du faux témoignage de Mr AGL à mon encontre, assortie d'une publication mensongère et diffamatoire dans notre bulletin officiel N° 150 2007/2 à la page N° 11 !.... A qui a-t'on à faire ???......

Décembre 2010, Camille BORRON, 45 années de présence au CF. GAPD KORTHALS

 

06/12/2010 de Bardamu : GUEULE DE BOIS

J’ai reçu la dernière revue du Club du Griffon.

Fichtre ! Je m’abîme dans la perplexité.

A qui est elle vraiment destinée ? Qui peut bien la lire encore ?
Que sont les Griffonniers devenus ?
Que suis-je devenu moi-même ?
Comment me reconnaître dans ce même pas « torche-cul » …papier glacé oblige !

Ca faisait pourtant pas mal d’années que je m’y sentais bien…enfin, pas trop mal, dans ce foutu Club. Je commençais même, en dépit de ma timidité naturelle à y connaître et être reconnu par pas mal d’ « Anciens »…des comme moi, des basiques, des naïfs, des crédules, des conscients et respectueux d’une élite quasi inaccessible qu’on n’est que trop honoré de pouvoir côtoyer…bon public en quelque sorte !...cotisant par une manière de « civisme » récurrent ou permanent, d’habitude plus que de militantisme.
J’aimais bien y retrouver à l’occasion quelques référents au charisme communicatif, quelques grandes gueules…quelques obscurs aussi tellement discrets que seule l’annonce de leur décès faisait en ressentir l’absence, le vide !
…des « figures » qui ressemblaient à leurs chiens, à l’idée que moi comme beaucoup d’autres je me faisais d’un Griffonnier-griffonnant et comme, bêtement, je continue à m’en faire…des Hommes au style Griffon…pas des faux-culs, mais des grandioses,tonitruants, bourrés de générosité, de panache !

Avant, c’était il y a très longtemps, j’avais utilisé un peu de tout ! C’est le hasard, un cadeau d’un proche pour remplacer un épagneul breton mort avant l’heure, qui m’avait fait rencontrer un griffon…une griffonne en fait…qui m’avait séduit…pour longtemps !
Chasseur plus que cynophile, poète plus que généticien, solitaire plus que grégaire, libertaire plus qu’égalitaire…j’avais pourtant adhéré à la collectivité « Club Français du Griffon d’Arrêt à poil dur « Korthals » » !
Tel Ancien devant lequel je béais d’admiration m’avait montré la voie d’un geste de béton armé et m’avait imposé cette adhésion une manière de civisme obligé…
J’étais intronisé : en vrac, je me référais à Marius Renard et à Jacques Carpentier, à Denis Del Giudice et à Pierre Lautier, à Blandin et à Lempereur, à Claude Rochebeuf enfin; j’avais lu, et relu Jean Castaing, c’était presque comme si j’avais bien connu Urbain Fabre

En dilettante, j’avais un peu exposé, un peu présenté en Field-Trial…un « basique » que je vous dis ! un petit amateur basique !
…et aussi un chasseur « plein-pot » avec un, puis deux puis, quatre griffons à la fois !
Dans le même temps, mes pratiques cynégétiques m’éloignaient de plus en plus de la « convivialité » des petites chasses de « copains » : casse croûte de sept à huit, fusillade de faisans de huit à douze, gueuleton trop arrosé avant la sieste…
Je n’étais, et malgré l’avancée en âge, je ne suis toujours pas fait pour ça !

Solitaire et misanthrope j’étais devenu !
…Impatient de l’avancée de l’automne qui ramènerait les premières bécasses, pataugeant dans les marais …tir aléatoire d’une sarcelle poussée par la bourrasque, éclatement de la fuite des bécassines…
Rêverie, poésie…la Chasse ? De la Poésie toute pure je vous dis !
Les griffons trempés, fourbus, la barbe raidie par le givre ou les glaçons…au bois les campanes qui s’affolent, ralentissent, se taisent…relève d’un bécasse fuyarde…et puis le soir, épuisé, le retour dans la vielle maison campagnarde, les bûches qui crépitent dans la grande cheminée : chaud devant, quelques courants d’air glacé derrière et les chiens qui rêvent sur les canapés !

Et la vie qui fout le camp ! Et les chiens qui vieillissent, dont l’oeil se ternit, qui souffrent sans se plaindre et cherchent ton regard…puis disparaissent et qu’il faut mettre en terre…et qu’il faut remplacer, et qu’on ne remplace jamais…aussi vrai qu’on ne peut rajeunir.

La où V. m’avait arrêté sa première, il y a un lotissement !
L’autoroute a déboisé, coupé en deux un bois fabuleux : ma transamazonienne à moi l’Indien !
J’ai du chercher des territoires toujours plus loin, plus difficiles, plus inaccessibles aux Tartarins du dimanche…Une nuit d’hiver, en rentrant chez moi après une journée pleine d’émotions, épuisé, je m’endormirai au volant et ma voiture s’écrasera au fond de quelque ravin ; on mettra longtemps à la trouver et mes chiens n’auront pas pu sortir de leur cage de transport. NON ! Pas les Chiens !!!
Viendra un jour, pas si éloigné que ça, où je n’aurai plus de chien après avoir regardé mourir le dernier.
D’ici là j’aurai, j’ai déjà, vu partir beaucoup d’humains de la « Geste » griffonnière.

Alors là et là seulement, quand les yeux du dernier se seront fermés, là seulement j’aurai le droit de mourir et je mourrai en paix, même si ce doit être de ma propre main. La mort n’est pas triste et je sais que j’irai à sa rencontre sans peur.
J’ai vu tellement de compagnons mourir et il me semble aujourd’hui que chacun de mes chiens, griffons et autres, disparus depuis longtemps est plus présent que n’importe lequel des membres de ma famille mort pourtant depuis moins longtemps !

Comment cela m’est-il venu ?
Cela ???
Ce mal insidieux qui aujourd’hui s’impose à moi comme une malédiction ?
La malédiction : « privé de rêve tu seras ! »
« Un Griffon, c’est une cotation »
«Le Comité d’un club de Race, c’est une élite alimentée par des « basiques »…comme toi et moi qui n’ont aucun droit à poser des questions, qui paient, lisent et se taisent »
…des basiques qui cotisent, adhérent, se lassent et s’en vont…s’en vont…rêver ailleurs !

PIRE !!!...Une nuit où j’avais du mal à trouver le sommeil…l’ayant enfin trouvé, j’ai eu un affreux cauchemar : j’essayais de chasser dans une sorte de désert cynégétique et le Griffon qui me précédait s’est soudain retourné vers moi, comme pour m’interroger, inquiet, fatigué sans doute comme je l’étais, cherchant mon regard avec ses yeux ronds et sombres sous ses sourcils broussailleux.
HORREUR ! horreur !...Ce n’était plus un Griffon !
Imaginez …une gueule de président à la place ! Un visage livide, tordu de haine. Et ses lèvres minces s’écartaient pour vomir à ma face un abominable charabia, diarrhée incohérente de menaces, règlements, cotations, huissiers, procédures, exclusion…et à travers son gantelet aussi blanc que ses chaussettes et fait de la même laine molle pointait vers moi un doigt, un ongle crochu me signifiant que j’avais mal voté !
Mal voté ! Mal voté !...Voté pour des méchants, des affreux, des nuisibles, des disciples de Carpentier ! des Leclercq, des Sallon, des Lasvergnas, des Eteni, des Rousseau…des Empécheurs-de-griffonner-en-rond…

Et moi, moi je ne pouvais rien lui répondre ! J’aurais voulu pourtant me justifier ! essayer ! Ma bouche s’ouvrait et la parole m’était interdite ! J’étais sans voix !

Alors, j’ai levé mon fusil. J’allais massacrer ce monstre hybride. J’allais en faire de la charpie. Le transformer en bouillie sanglante.
Si je devais, à l’avenir, ne plus pouvoir regarder un Griffon sans que m’apparaisse ce visage de cauchemar, sans que j’entende cette malédiction proférée qui s’enfle à me déchirer les tympans : … « suspension, exclusion….Exil !

Je me suis éveillé trempé de sueur.
J’ai enfilé une robe de chambre, suis allé jusqu’au chenil.
La nuit était froide et claire. Une nuit de migration.
J’ai appelé chacun de mes chiens. Pour me rassurer. Pour être certain qu’ils étaient encore là.
Chacun est sorti de son abri, même la vieille O. déjà « retraîtée ».

Je suis revenu au salon. Impossible de me rendormir. J’ai ranimé le feu, bu un café.
Sur un guéridon traînait le dernier numéro de la revue officielle du Club du Griffon. Elle m’était parvenue depuis plusieurs jours déjà. Un griffon lauréat de quelque challenge obscur avait eu les honneurs de la couverture.
Epuisé par le manque de sommeil, par mon cauchemar surtout, je n’avais pas vraiment envie de lire.
Je feuilletais distraitement ce catalogue de résultats parsemé de photographies de gens inconnus avec leurs chiens, les uns et les autres conjoncturellement célèbres.
Décidément je ne m’y retrouvais pas.
Alors, déterminé à affronter les monstres fantasmatiques de ma nuit, les spectres de mon cauchemar, j’allais, courageusement, que dis-je, héroïquement, à l’éditorial présidentiel.

Le visage était là, plus souriant mais pas moins inquiétant que dans son apparition de la nuit.
Sa proximité avec une tête de Griffon avait quelque chose d’obscène.
Je m’attachais alors à la lecture :
Les mots s’entre choquaient : « certains membres », « éléments négatifs », « revanchards et procéduriers », « ne vous y trompez pas », « nous défendrons par tous les moyens »…
C’était donc la Guerre ! Une guerre sans merci entre les hommes…Elus pourtant !
Elus !...Qui sait ? grâce à ma voix ?...et je me suis senti porteur d’une immense culpabilité : j’avais participé à l’élection de personnages « négatifs » que je croyais pourtant connaître et qui, prétendument bénévoles, n’étaient soucieux que de leurs « intérêts personnels ».
Qui étaient-ils ces membres douteux d’une mystérieuse « cinquième colonne » destructrice de la race griffonne ?
Et puis, comment ces gens là pouvaient ils être « revanchards » ? Et étaient-ils en situation de l’être tous ces élus et réélus avec beaucoup plus de voix que le signataire de l’éditorial ?

De fait, j’avais, comme tous les Adhérents, reçu peu auparavant un « communiqué » présidentiel dont l’intitulé « ça suffit » vouait aux gémonies quelques personnalités.

Tout cela était bien trop obscur pour mon intelligence !

Comment d’aussi nombreux adhérents –dont le pauvre moi-même- avions nous pu élire de pareils voyous ?

J’étais bien éveillé.
Ce n’était plus un cauchemar.
J’avais honte.
J’étais poursuivi par le remords…et il me faudrait désormais admettre que telle la Statue du Commandeur, le doigt vengeur du Président me désignerait, comme l’œil de Dieu suivait Caïn, à chaque éditorial de chaque revue, auxquels s’ajouteraient au gré du Prince, quelques communiqués vengeurs.

C’en était trop!
J’allais à ma bibliothèque. La pile était trop importante pour que je la jette en une seule fois au feu. Le numéro 166 serait bien le dernier que je lirais !
Ce fut le premier que je jetais au feu.
D’autres suivirent.
Il me sembla que cela dura longtemps, très longtemps.
…Il y avait bien longtemps que j’avais adhéré pour la première fois au Club Français du Griffon.

Ce matin –le jour allait bientôt se montrer- j’avais comme une formidable envie de dégueuler !...DEGUEULER !!!...dégueuler !....dégueuler.


BARDAMU

@@@@@@@@@@@@

02-12-2010 de Philippe Resseguier : CONSTAT ?

Sur le dernier Bulletin Officiel du club, nous pouvons peut-être faire quelques observations (sans risquer un procès ?)

-le DR DEBRET 1er vice-président nous dit en résumé :
Les authentiques ne disent pas que des conneries (ouf !) et ensuite il explique que le président actuel fait......... de l’administratif !!!!

-maitre ( ?) I. , de façon pour le moins sarcastique, tance et/ou stigmatise une authentique attitude.

a) l’éleveur
d’abord il ne semble s’adresser qu’aux « « PROS » » (+ de 2 portées par an) et il reste lui aussi (tiens un autre) sur le plan administratif et pénal…….
Il est avocat ou huissier ? NON ???

b) le présentateur
Il enfonce des portes ouvertes.

c) se présenter aux suffrages
- élevage : longue expérience et qualité renouvelée au fil des ans de sa production. Combien répondent à ce critère « sectaire » au comité ?? Qui ?? Les authentiques surement. Ah ! Et aussi dit-il, il faut un minimum de compétence. Compétence ? Pour quoi faire ? De l’administratif ou pour construire et réaliser des objectifs pour la race ?

d) être membre du comité
à part ce qui concerne les histoires de condamnations multiples……………. ? (tiens ! encore un procédurier dans l’âme)

Et pour finir, à l’annonce du décès du Dr ROCHEBOEUF (après celui du Dr LAUTIER ça fait beaucoup pour notre Korthals !) le site officiel nous fait un panégyrique de l’action du pdt d’honneur quand il était en fonction , et quelle action !!!!!!!! Lisez tout ce qu’il a mis en place (si vous ne savez déjà). Voilà un vrai pdt qui a œuvré pour le Korthals (hommage lui soit rendu)

Voilà l’énorme différence avec l’actuel qui se contente de remplir des papiers et de consigner sur ordi toutes les données dont il n’est en rien propriétaire et qui en tout état de cause n’a aucune vision sur l’avenir du Korthals !!!

LUI.

@@@@@@@@@@@@

01-12-2010 de Philippe Resseguier : CONVICTIONS

Bien sur, il serait et il est facile de tirer à boulets rouges sur l’omni président de notre club de race.

Juste un exemple : juger à l’EXC un(e) chien(ne) né(e) chez soi alors qu’il(elle) est trop grand(e)...

Ici n’est pas mon propos ; je préfère essayer de faire avancer le schmilblick.
Notre omni président, donc, occupe aussi le poste (oh combien capital) de directeur d’élevage…ne pas vouloir nommer ou faire élire( ?) un digne successeur
du Dr Lautier (et de Marie) me semble être une erreur fondamentale.

Bien sure, la suite du Dr Lautier ne sera pas simple à assumer…mais ce poste est …si/trop important pour l’avenir de la race pour ne pas avoir une compétence certaine pour cette fonction.

Le Dr Lautier s’est battu pendant des années pour faire progresser la race.

Dans le droit fil de ses idées et convictions, je crois que le test DNA doit venir au même niveau (si ce n’est plus ( ?)) que le test ADN , la DYS et autres.

Par ailleurs, la filière label qualité doit être, d’ores et déjà, initiée sous la forme de recommandations précises et fermes par 3AGK.

(l’actuel pdt ne reconnaît pas/renie le test K mais il veut sanctionner un membre « « « coupable » » » de mariage KBky x kyky ??? n’y a-t-il pas comme un défaut ???)

Tous ensembles avec la plus grande majorité possible (voir résultats des élections), nous devons converger vers ces convictions qui seront/seraient l’avenir du GAPDK.

Il convient d’agir
Il convient de continuer à convaincre
Il convient de prouver au plus grand nombre que nous ne voulons pas le pouvoir
pour le pouvoir mais bien pour (re)construire ….le peuple Korthals !!! Pas des élites !!!

Amitiés et respects Korthalsiens
Un Korthals’s dépendant ...