La Foire Aux Questions de 3AGK

Adressez vos questions par mail à , les spécialistes 3AGK y répondront.

Les questions/réponses les plus fréquentes et intéressantes seront publiées ci-dessous.

 

"Jean-Pierre Lautier, vétérinaire, écrit sur le site des Griffons Korthals Authentiques : l’allèle « ky » ne fait pas partie du génome du Griffon Korthals

Jimmy Leclercq, 1er Vice-Président du Club Français, dans l'article -réunion du comité mars 2010- écrit : · que le gène quatr’oeillé ferait partie du génome du Griffon Korthals (Sheila Schmutz) " - Pourquoi cette contradiction apparente?

Que valent les chiens « 4-oeillés » ? Doit-on les éviter systématiquement ? Peut-on les utiliser pour l'élevage ?

Y a-t-il une différence entre quatr'oeillé et tricolore?

Comment vérifier la qualité d'une portée de GK ?

Comment assurer une bonne préparation physique pour des Chiens qui tournent en Field-trial ?

Quel est l'intérêt de l'identification ADN d'un géniteur ?

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Pierre Lautier, vétérinaire, écrit sur le site des Griffons Korthals Authentiques : l’allèle « ky » ne fait pas partie du génome du Griffon Korthals

Jimmy Leclercq, 1er Vice-Président du Club Français, dans l'article -réunion du comité mars 2010- écrit : · que le gène quatr’oeillé ferait partie du génome du Griffon Korthals (Sheila Schmutz)

- Pourquoi cette contradiction apparente?

Il n'y a aucune contradiction. at est différent de ky en français !
Il s'agit de deux allèles différents sur deux gènes différents.

Le gène Agouti (A) d'une part et le gène K d'autre part.

Au gène A (Agouti) on rencontre 3 sortes d'allèles ay, at, a .Compte tenu qu'un gène est constitué de 2 allèles on peut avoir 6 différentes possibilités :
ay/ay ou ay/at ou ay/a ou at/at ou at/a ou a/a.

Au gène K on rencontre 3 sortes d'allèles KB, ky, kbr. Compte tenu qu'un gène est constitué de 2 allèles on peut avoir 6 différentes possibilités:
KB/KB ou KB/ky ou KB/kbr ou ky/ky ou ky/kbr ou kbr/kbr (l'allèle kbr est l'allèle des bringeures et ne concerne pas le Griffon).

Pour être quatr'oeillé ( pour exprimer le gène at/at ) un Griffon doit (selon Sophie Candille)
-1. être at/at au gène A (Agouti)
-2. être ky/ky au gène K
-3. ne pas être e/e au gène Mc1r ( c'est le cas de tous les Griffons)

Le résultat est donc une interaction de plusieurs gènes : 3 dans le cas d'espèce.(Mc1r, A et K)
L'allèle KB empêche le gène at/at de s'exprimer, on dit qu'il est dominant sur at/at, quand le gène K possède au moins un allèle KB (KB/ky ou KB/KB).
L'allèle ky permet au gène at/at de s'exprimer, on dit qu’il est récessif sur at/at, quand le gène K est constitué de 2 allèles ky (ky/ky).

Ce qu'explique Jean-Pierre est très juste. Si l'allèle ky appartenait au génome du Griffon, dans les mariages effectués (avant d'écrire le standard) pour déterminer le standard, immanquablement des mariages KB/ky x KB/ky auraient eu lieu et auraient donné naissance aussi immanquablement à des chiots ky/ky (voir mariages sur le site), donc des chiots présentant toutes les caractéristiques du quatr'oeillé. Ce patron quatr'oeillé (chaussettes jaunes, pourtour anal jaune, 2 points jaunes au dessus des yeux, moustaches jaunes, point jaune à l'intérieur de chaque oreille) aurait été repris dans les éléments écrits du standard. A la lecture du standard on ne retrouve rien de tel. On peut donc en conclure fort logiquement que le Griffon orthodoxe ne possédait pas l'allèle ky. CQFD (Ce Qu'il Fallait Démonter).

Maintenant que cette démonstration en gêne quelques uns je peux le concevoir, surtout quand il a été décidé, dans les années 80,de confirmer les Griffons quatr'oeillés et de les ramener au TB en exposition.(Validation des métissages anciens).Mais c'était ouvrir la porte au métissage par laquelle les tricheurs se sont engouffrés après une période d'accalmie, à partir des années 2000 quand ils ont bien compris l'avantage de cette décision. Devant l’ampleur des tricolores constaté dans le cheptel, nous avions décidé et voté en Février 2007, en Comité, la non confirmation des tricolores, décision annulée sur demande de André Gallet-Lachaise en Juillet 2007 sous la pression d’une poignée minoritaire mais influente de gens du field qui voulaient conserver cette possibilité de métissage...
Il ne faut pas jeter la pierre à ceux qui ont dans les années 80 pris cette décision, il faut à la lumière des éléments nouveaux que nous apporte la science reconstruire sur de nouvelles bases orthodoxes.
Les épreuves de field trial sont un excellent outil de sélection sous réserve que les dés ne soient pas pipés c'est-à-dire que les Griffons Korthals présentés ne soient pas des hybrides.

...

Amitiés.
Jimmy

PS: Il ne s’agit pas de s’enfermer dans un débat technique réducteur, mais uniquement de bien informer, dans l’intérêt des utilisateurs de nos chiens qui veulent des Griffons orthodoxes tel que Korthals les a décrits dans le standard.

Que valent les chiens « 4-oeillés » ? Doit-on les éviter systématiquement ? Peut-on les utiliser pour l'élevage ?

Il peut y avoir des chiens « 4 oeillés » performants mais ce gène reste quand même encore synonyme de métissage, donc il est à rejeter. Il faut les éviter : nous avons déjà suffisamment de "porteurs sains" (ne sont pas tricolores mais transmettent le gêne) qui vont nous embarrasser les élevages pour ne pas prendre volontairement un chien "4 oeillés".
Il ne faut pas utiliser ces chiens pour l'élevage, outre une ascendance douteuse, le "tricolore" ne fait pas partie des robes du Korthals; il est encore toléré mais il ne donne droit qu'au qualificatif "Très bon" ce qui est déjà trop à notre avis, car avec un TB, on devient Champion… Et si le propriétaire est peu scrupuleux, on a plus de chance de reproduire et donc de continuer à répandre cette tare.
Pour mieux comprendre, lire l’article du Dr Vétérinaire J.P. Lautier dans la rubrique « métissage ».



Y a-t-il une différence entre quatr'oeillé et tricolore?

Nous ne devrions utiliser que ceci: "chien à robe quatr’oeillée", mais beaucoup de personnes n'écrivent pas bien ce terme qui veut dire que le chien semble avoir 4 « oeils » à cause des pastilles de couleur visibles.

Définition de ce patron de répartition dit « quatr’oeillé » par Mme B. QUEINNEC

 

Comment vérifier la qualité d'une portée de GK ?

En temps normal, c'est à dire quand on est sûr de l'authenticité sur plusieurs générations, la qualité s'apprécie en fonction de la cotation de chaque géniteur que l'on additionne. L'apport du mâle et de la femelle sont en pourcentage identique 50% chacun il est donc préférable de choisir une portée équilibrée 4+4 est mieux que 6+2.Mais cette cotation n'est qu'une qualité statistique, c'est à dire que vous avez plus de chance d'avoir un sujet de qualité, mais ce n'est pas une garantie surtout dans une période marquée par le métissage.
Il y a des portées de grandes origines cotées 4+4 qui ont donné des chiens non confirmables, ce qui semble anormal. Tout le monde peut comprendre que quand les dés sont pipés c'est le chasseur qui en fait le plus souvent les frais.
La meilleure garantie de qualité vous l'obtiendrez chez les éleveurs qui font les tests ADN/DNA de leurs géniteurs et de leurs chiots. Plus il y aura de géniteurs testés sur le pédigrée plus votre garantie sera importante. Ces éleveurs ont fait la démarche volontaire de l'authenticité. Vous devez fuir ceux qui refusent de faire tester leurs géniteurs.
Ne pas négliger les conditions d'élevage qui sont importantes, évitez les élevages où on vous vous refuse la visite partielle des installations, quel que soit le prétexte.
L’idéal serait aussi de connaître les résultats des précédentes portées : nombre de chiens déclarés, nombre de chiens confirmés, présence de chiens « 4 œillés »… La compétence et l’honnêteté des représentants du club est déterminante à ce niveau. N’hésitez pas à contacter, au Cercle et à 3AGK, ceux qui ont fait de l’authenticité leur cheval de bataille.

 

 

Quel est l'intérêt de l'identification ADN d'un géniteur ?

1) Pour l'éleveur :
C'est une garantie de sérieux et d'honnêteté. Si un problème survient à la naissance des chiots : blanc, tricolore, « truiture », la responsabilité de cet éleveur ne pourra pas être engagée : c'est ce qui s'est passé avant qui devra être incriminé.
Actuellement l'éleveur fait une déclaration de saillie sur l'honneur signée par les propriétaires du mâle et de la femelle. On peut y mettre ce que l'on veut. Vous déclarez un mâle et vous faites saillir par un autre ou vice et versa. Il n'y a quasiment pas de vérification (on ne peut pas mettre un policier derrière chaque éleveur). Il ne faut pas oublier que certains éleveurs sont propriétaires du mâle et de la femelle… C'est par le biais de cette déclaration que la fraude peut exister. Il faut donc militer pour rendre obligatoire les tests ADN des deux géniteurs au moment de la déclaration de saillie.

2) Pour la véracité des pédigrées :
Actuellement, sur dix générations, la presque totalité des pedigrees des Griffons peuvent comporter des faux ! C'est à dire qu'au moins un géniteur n'est pas un Griffon (certains disent sur 5 générations). C'est l'origine de la "marée rousse" que nous connaissons.

3) Pour l'acheteur d'un chiot :
En faisant l'identification ADN de son chiot Sultan, l'acheteur demande le contrôle de parenté et le laboratoire lui donne un certificat de parenté, sur lequel il est indiqué : "après examen des identifications ADN de Médord, Nénette et Sultan, nous certifions que Médord est le père de Sultan et que Nénette est la mère de Sultan." En cas de problème, le laboratoire indique : "Médord ne peut pas être le père de Sultan ou Nénette ne peut pas être la mère de Sultan" .


4) Pour la valeur d'un chiot :
Un chiot dont les géniteurs ne seraient pas identifiés génétiquement a une valeur bien moindre. Il est déconseillé d'acquérir ces chiots, si on veut acquérir un Griffon Korthals.

5) Pour contribuer à maintenir des lignées authentifiées de la race :
C’est à dire pouvoir certifier que le grand père est bien celui indiqué sur le pedigree et ainsi de suite. On contribue ainsi à défendre l’intérêt du L.O.F. (Livre des Origines Française), ce que ne permet pas le pedigree d'aujourd’hui, du fait de la fraude sur les déclarations de saillie.

6) Pour tous :
Il s’agit de construire une filière « qualité française labellisée ».

 

Comment assurer une bonne préparation physique pour des Chiens qui tournent en Field-trial ?

La préparation essentielle doit être un entraînement concernant le fond, c'est à dire la résistance pendant l'effort.
Un chien présenté en concours doit avoir la capacité de courir pendant au minimum un quart d'heure, voire une demi heure ou trois quart d'heure, à une allure soutenue.
Il faut donc lui faire acquérir de l'endurance.
Cela implique un entraînement régulier et surtout de façon progressive pendant plusieurs jours.
Ce seront des sorties en campagne, si on en a la possibilité et surtout les autorisations puisque l'on sait qu'il n'est pas permis de nos jours de sortir librement les chiens de chasse en dehors des périodes d'ouverture de la Chasse.
Il y a bien sûr les chasses commerciales, clôturées qui permettent de pallier à ce problème.
Par contre, on peut très bien aussi, faire courir son chien dans de grands parcs ou domaines publics lorsque c'est autorisé.
L'entraînement à la course de fond à l'aide d'une bicyclette, est intéressant pour ceux qui peuvent le faire, mais il est bien recommandé d'être prudent, surtout de ne pas forcer les allures et d'y aller également de façon progressive.
L'entraînement en couple, c'est à dire simultanément avec deux chiens peut être intéressant,. Souvent dans ce genre de cas, un chien de race britannique est utilisé avec un continental, afin que le premier «tire» le second. Il faut veiller toutefois à ce que le continental reste dans l'allure inhérente à sa race et donc éviter que sa course ne soit trop rapide.
Outre le fond, puisqu'on nous interroge sur un plan physique, il est important que le chien ait un rythme soutenu pendant toute la durée de son concours.
Pour cela il importe qu'il sache dans quel but on le fait galoper, il faut donc qu'il fasse la relation avec la recherche du gibier, au cours de ces sorties,
Quelques mises en présence avec du gibier sont donc recommandées au cours des séances d'entraînement, pour le motiver.
L' allure appréciée dans les concours de Field-trials pour chiens d'arrêt, quelque soit la saison, c'est le galop.
Il ne faut pas croire que la vitesse soit la règle de base du galop, en particulier chez les continentaux qui ne doivent pas courir aussi vite que les races britanniques, comme on l'a précédemment souligné.
Bien entendu au Printemps les courses doivent être plus vives qu'en automne, le terrain exige plus d'entreprise donc un mouvement plus véloce mais sans exagération.
Pour les concours de Printemps, il existe des possibilités d'entraîner les chiens en plaine sur des jeunes blés, si on arrive à avoir des autorisations de propriétaires, pas toujours facile en France et de toute façon, à titre onéreux.
Certains professionnels vont entraîner en Espagne dès le mois de Février, où ils louent des terrains en Andalousie, souvent très cher, mais bien dotés en perdreaux. Là bas, en raison du climat, la végétation a un bon mois d'avance par rapport à la nôtre et ils ont donc la possibilité de bien préparer leurs équipes en vue des épreuves de Printemps qui débuteront en France en général deux mois plus tard.
Ils peuvent le faire, lorsqu'ils ont la possibilité de réunir suffisamment de chiens leur permettant de «remplir» leur camion de façon à amortir les dépenses afférentes à ce genre de déplacement.